Après 15k€/mois et 30k€/mois, voici l’article « Ces Ecommerçants qui font 60 K€/mois »

Si entre 15k€ et 30k€ de CA/mois le Ecommerçant se devait de structurer son offre, sa logistique et son équipe (aussi petite soit-elle), le tout avec un webmarketing présent mais sans risque, le Ecommerçant à 60k€/mois, lui, a passé et validé une étape importante en plus : les faveurs des fournisseurs.

Et la fille est devenue belle à marier, comme ça d’un coup. Et si cet ecommerçant est passé entre les mails des filets des mauvaises agences SEO, d’autres prédateurs « code reduc » et « Keyworders Adwords » ont flairé la dote.

Vous verrez que, si le cap des 30k€/mois est un plateau en terme de CA que tous les ecommerçants ont connu, les bonnes méthodes pour débloquer ce plateau ne sont que pragmatisme et, heureusement, faible augmentation des dépenses webmarketing.

Ainsi, si dans les deux précédents articles nous avions commencé par décrire les bonnes pratiques des ecommerçants en questions, pour finir sur les risques qu’ils encouraient, nous procéderons cette fois-ci inversement.

Quels sont donc les risques types des Ecommerçants qui font 60k€/mois ?

A 30k€/mois, le ecommerçant est frustré, car il sent qu’il a atteint un plateau, et ne sait plus quoi faire pour passer à 60k€/mois. Ce plateau de 30k€/mois, la grande majorité des Ecommerçants dépassant le million de CA/an l’ont rencontré. Croyez-nous.

Quelles sont donc les solutions pour passer ce plateau ?

Plusieurs choix viennent à l’esprit et semblent une bonne stratégie. A tord …

D’abord, il existe les solutions qui vont, certes, augmenter le CA de 30k€ à 60k€, mais qui vont faire stagner la marge brute du Ecommerçant. Si en plus il a dû recruter pour répondre à l’augmentation de la demande, il se retrouvera avec un résultat net inférieur à ce que vous faisiez à 30k€/mois.

  • Comme à chaque palier, il prend le risque d’augmenter son budget Adwords journalier, alors que sa campagne n’est pas optimisée. Pertes assurées, aucune autre possibilité n’est envisageable. Croyez-nous.
  • Idem sur les comparateurs de prix : un manque d’optimisation alors qu’on multiplie le nombre de comparateurs diffusant nos offres. Pertes, pertes, pertes.

Mais ces deux solutions auront, au-moins, l’avantage de faire augmenter son CA. Ses fournisseurs commencent à s’intéresser à lui plus qu’avant. Le signal est positif. Mais son cabinet comptable aura vite fait de lui mettre le nez sur un problème : « Vous avez trop investit en webmarketing ! ». La réalité est qu’il avait juste mal investi.

Il existe, pourtant, bien pire comme solutions : celles qui vont faire augmenter ses dépenses, sans faire augmenter son CA :

  • Les codes réducs… … La chose est actée : les codes réducs n’apportent aucune ventes supplémentaires ! A chaque code réduc, ce sont les internautes qui sont sur votre panier d’achat qui ouvrent une autre page pour aller chercher un code réduc et finaliser l’achat. Notre logiciel BuyLine le prouve tous les jours. Les plus gros utilisateurs de BuyLine sont même allé jusqu’à retirer le champs « Code Réduc » de leur panier d’achat, pour ne pas donner de mauvaises idées à leurs acheteurs (d’autres, moins radicaux, ont nommé ce champ « CR », ce qui permet de laisser ce champs présent sans pour autant incité l’internaute à aller chercher un code réduc s’il n’en a pas déjà un). Tous les ecommerçants qui ont retiré leurs codes réducs vous le diront : ils n’ont perdu AUCUNE vente. Vous pouvez le faire sans risque.
  • Les Keyworders. J’en ai déjà parlé ici. Je me suis pris un bad-buzz suite à cet article, donc je ne recommencerai pas à tout expliquer, mais en gros ce sont des arnaqueurs qui se font passer pour des « experts » Adwords qui soit-disant « achètent des mots clefs Long Tail« , « gèrent le CPC au quart de centime prés« , bla bla bla, alors que, croyez-nous, ce ne sont que des mecs qui servent à rien, tout juste bon à acheter le nom de votre site sur Adwords afin de profiter de votre notoriété et du bon taux de transformation assuré sur ce mot clef. Du coup, effectivement, cela leur permet de se faire payer uniquement à la performance, les risques qu’ils prennent étant plus que minimes. Je défie n’importe quel Keyworder Adwords de me prouver le contraire et qu’ils sont de véritables experts Adwords. Mais je pense que pas un seul ne se prêtera à l’exercice sans risquer le ridicule.

Ces 2 derniers cas, Codes Reduc et Keyworders donc, ne feront pas augmenter son CA, mais feront augmenter ses dépenses. Baisse du résultat net assuré.

Alors, quelles sont les solutions pour franchir le cap des 30k€ et atteindre les 60k€/mois ?

 

Quel est alors le profil type des Ecommerçants qui font 60k€/mois ?

Pour l’équipe Blog-Ecommerce, le constat est clair : ceux qui arrivent sans encombre au stade des 60k€/mois sont les ecommerçants qui ont appliqué les mêmes bonnes méthodes qu’ils avaient appliquées pour atteindre les 30k€/mois, mais sur une gamme de produits plus large.

Donc première étape : contactez tous vos fournisseurs, trouvez les nouveaux produits qui se vendent bien et faites un bon coup par mois, ou tous les 2 mois.

Une bonne astuce aussi, est de prendre vos ventes du mois de Décembre précédent. Le taux de transformation étant plus fort à cette période, souvent des produits au potentiel sous-exploité se vendent à ce moment-là. Ils peuvent représenter le potentiel de l’année N+1.

Une fois que vous avez fait ce travail d’augmentation de nombre de produits, de mise en lumière de produits à potentiel inexploité et de « coups commerciaux » avec vos fournisseurs privilégiés, appliquez les même recettes que lors de votre objectif de 30K€/mois sur ces nouveaux produits phares :

  • Un webmarketing sain : Adwords optimisé, Google Shopping, Leguide.com + 3 ou 4 autres comparateurs payants (optimisés aussi, n’envoyez pas tout votre catalogue).
  • Un SEO sur ces nouveaux produits (via une optimisation interne de ces derniers).
  • Un eMerchandising travaillé, c’est-à-dire qui met en avant sur la page d’accueil et sur le pages « Catégories » ces nouveaux produits avec un bon potentiel.

Vous aurez donc décoller de fameux plateau des 30k€/mois, mais n’atteindrez peut-être pas encore les 60k€. Donnez un coup de pouce à votre CA, notamment grâce aux places de marché :

 

Pour conclure :

Vous l’aurez compris : passer de 30K€/mois à 60k€/mois ne se fait pas de la façon la plus funky qui soit. Point de boutique FaceBook, de Twitter, de budget webmarketing « toutes vannes ouvertes » ou de design de dingue pour votre Ecommerce.

Hélas non. Il vous faudra stabiliser votre activité et continuer votre travail de sourcing et de mise en avant produits, comme si vous vous lanciez la veille dans le Ecommerce.

Nous avons trop vu chez Blog-Ecommerce des Ecommerçants pensant que la barre des 30k€/mois franchie, il était temps d’ouvrir les vannes, de recruter des Community Manager, intégrer en interne des fonctions qui peuvent très bien être sous-traitées comme le designer ou, encore, de se laisser séduire par l’affiliation/Code-Reduc/Keyworders.

Pour passer de 30k€/mois à 60K€/mois donc, il ne sert à rien de faire exploser vos dépenses webmarketing. Il vous faut juste trouver dans sources de profits au sein du catalogue de vos fournisseurs et appliquer les même méthodes qui ont ponctionnées précédemment.

Dans le prochain article, nous décrirons la profil type des Ecommerçants qui font 100k€/mois. Vous verrez que, ce socle de 60K€/mois atteint, les 100K€/mois sont presque faciles à atteindre.

________________________________________________
L’agence Blog Ecommerce propose un Livre Blanc SEO gratuit. Demandez le vôtre.