On l’entend cette rhétorique. Encore et encore.

Oui, « les articles Blog Ecommerce c’était mieux avant« . On se marrait bien, on y apprenait pleins de trucs, et on avait le sentiment de grandir avec l’agence.

C’était donc plus personnel (on utilisait le « je », plutôt que le « nous »), plus direct et plus marquant.
Quatre années après, on me parle encore de cette série d’articles sur la vente de mon site Ecommmerce ou des « My Ecommerce Sucks! » (dont j’ai retiré tous les articles sur ce blog, car n’avaient plus d’utilité).

 

« Oui, les articles Blog Ecommerce c’était mieux avant… »

 

Blog Ecommerce se permettait tout, et ne demandait permission à personne : « ça passe ou ça casse … et si ça a cassé, c’est que maintenant ça peut passer. »

Il y avait une forteresse à briser.

Un mur haut et fortifié, gardé par des bloggers qui n’avaient jamais monté de site Ecommerce du tout, ou avaient échoué.

J’avais lancé Platine Center en même temps que Blog Ecommerce, me disant que, si l’agence ne fonctionnait pas, j’aurai toujours de quoi bouffer avec mon site Ecommerce.

Mais les 2 sociétés ont immédiatement très bien fonctionné. Trop vite. Les plus anciens lecteurs se souviennent de l’histoire du burn-out.
Platine Center, à l’époque, c’était presque 1 Million de CA. Et sans forcer, donc, puisque l’agence Blog Ecommerce accaparait déjà tout mon temps. J’avais un employé sur Platine, à plein temps (salut Nico, j’espère que tu lis encore le Blog).

Et malgré cette preuve par le résultat, du haut de leur muraille, il y avait quand-même tous ces donneurs de leçons. Ces inspecteurs des travaux finis, ou à faire. De ce que le web, par sa facilité de communication, créait de plus dégoulinant de conseils par des gens incompétents. Sans parler des « consultants » (avec pleins de guillemets).

Une muraille gardée par des consultants Ecommerce qui n’avaient jamais ressenti l’inquiétude d’avoir une palette de produits qui n’arrive pas à temps en logistique…

Une muraille gardée par des grands comptes Ecommerce qui ne savaient pas ce que c’était de découper du scotch avec les dents pour faire ses colis.

Gardée par des agences SEO qui référençaient un site Ecommerce comme un site lambda (la méthodologie SEO Ecommerce de Blog Ecommerce, qui consiste à travailler le catalogue produits, n’a, elle, pas changée d’un iota depuis sa création).

Une muraille gardée, finalement, par des gens avec aucune légitimité.

L’Histoire est toujours la même et se répètera toujours : les bourgeois imposent leur rythme, dictent les règles. Rien ne changera jamais.

Alors on l’a tous franchie muraille. Oh, pas comme les anciens Grecs avec un Cheval de Troie, ou les Anglais avec leurs boulets de canons. Non. Nous, c’était plutôt comme l’Histoire de France nous l’a appris : foncer-en-masse-avec-nos-échelles-en-bois-inclinées-contre-la-forteresse ! Terminé !

Et pas grave si ça fait mal, on avance. Y’aura des pertes, c’est sûr. Mais c’est comme ça qu’on sait faire. Et depuis toujours. Celui qui réussi montre l’exemple, et donc on avance. Celui qui se fait cramer, ben … c’était prévu, donc on avance aussi.

La masse ? On l’avait. 100.000 ecommerçants.

Mais des exemples de réussite, on en voyait peu (Platine Center était le site Ecommerce le plus transparent à l’époque). On en voyait peu parce qu’on ne les montrait pas. On prédisait que les gros Ecommerce allaient écraser les petits et moyens, alors pourquoi en parler. Normal. Les gros, les petits, le gros mange le petit. Logique ! C’est logique la vie, en fait.

Le Veau d’Or des grands comptes.

Sauf que..

Sauf qu’il suffisait de regarder pour comprendre que c’est l’inverse qui était écrit. Et quand je dis écrit, je ne parle pas du JDN ou autre FrenchWeb. Mais de la suite logique (R.I.P) de l’histoire Internet.

Et c’est bien ce qui est arrivé. La FEVAD avec ses superbes « Espoirs Ecommerce », Google et sa long tail, les Places de Marché par dizaine, le succès des sites de niches, et, surtout, cette dizaine de gros sites Ecommerce qui n’arrivent au final qu’à générer des pertes.

Il ne pouvait en être autrement, car le web choisit toujours la spécialisation. Demain sera pire : chaussé de Google Glass, vous vous adresserez en direct à vos internautes depuis votre boutique physique, et leur ferez une demo du produit, comme à n’importe quel acheteur qui franchirait le seuil de votre boutique.

Les gros sites Ecommerce ne peuvent pas gagner sur le web. Et ne gagneront pas. En tout cas, pas sans les petits et moyens Ecommerçants. L’histoire est écrite et l’a toujours été. L’avenir vous le montrera même que les Places de Marché laisseront encore plus de liberté à leurs petits/moyens Ecommerçants. Elles n’auront pas le choix, car Internet choisi la spécialisation, encore en toujours.

 

Et maintenant alors ?

 

Maintenant qu’on se trouve au sein de la muraille avec tous les bourgeois, c’est vrai, faut le dire, on se fait un peu chier… Disons-le.

On est plutôt plus dans l’esprit jeux de mots sur Twitter, ou, je-fais-des-plongeons-dans-une-piscine-à-Monaco, ou, encore, je-fais-du-ski-ou-je-bronze-on-ne-sait-plus-mais-signe-moi-mon-contrat

(je vous assure ça existe vraiment, y’en a qui font tout ça pour signer des contrats.)

Autre époque, autres mœurs… …

On pensait aussi que c’était plus propre que chez nous les gueux. Mais le tout-à-l’égout dont on nous vantait les mérites a des relents qui piquent le nez.

« Et ces diseuses de bonne aventures, ne me dites pas qu’elles font commerce ici aussi ?… »

Donc oui, ok, c’est moins funky qu’on ne le pensait. Nous, gueux, on s’est gouré…

Du coup, on y rentre et on y ressort, de cette forteresse. On y fait des allers-retours car on peut se le permettre, maintenant.

On se rend surtout compte qu’on n’est finalement pas si mal que ça dans notre village avec nos maisons en paille, nos aubergistes toujours accueillants et notre tout-à-l’égout dans les bois.

 

Et puis, on se diverti autrement. On regarde le Gentilhomme porter l’écu du Chevalier pour gagner les faveurs de la grande cours du Ecommerce, on s’attendrit à la vue de cet ancien gueux qui se pavane, et on se moque, encore et toujours, du fou. Celui du roi.

Donc même si Blog Ecommerce est moins drôle qu’avant, y’a donc quand-même de quoi rire, dans le Ecommerce. Ouf… on est sauvé.

Car, peu importe l’époque, rien n’a changé pour nous les gueuses et les gueux : on rigolera toujours des bourgeois et de leurs faire valoirs.

Tout en se disant que, quand-même, une vie de bourgeois aurait été bien plus simple… …

 

Alors, et pour conclure, oui Blog Ecommerce est moins drôle qu’avant. On va essayer de changer ça. Mais c’est parce qu’on a bossé. On a beaucoup bossé : Blog Ecommerce est en train de mettre la dernière touche à la Box Webmarketing, et vous verrez, que nous avons créé une nouvelle manière de gérer une agence webmarketing pour Ecommerçants.

Merci à tous de nous lire depuis si longtemps.

Olivier Levy

________________________________________________
L’agence Blog Ecommerce propose un Livre Blanc SEO gratuit. Demandez le vôtre.