Sélectionner une page

Pour faire suite à cet article, la première partie, dans lequel j’expliquais la difficulté de gérer trop de sujets à la fois sans risquer la surchauffe, voici les 2 dernières raisons qui m’ont amenées, au bout de 4 ans, à vendre mon site ecommerce de vente de matériel DJ.

Vous verrez dans cet article que mon ecommerce était devenu le faire valoir de notre agence Blog Ecommerce, qu’il n’était pas traiter comme il se devait de l’être: un ecommerce qui existe pour vendre des produits… La dernière et troisième raison, enfin, sera la démonstration de ce que tout le monde rabâche à longueur de temps (moi inclus): le e-commerce, c’est avant tout du commerce !

_________________________________________________

2ème raison: Mon site ecommerce, le faire-valoir de Blog-Ecommerce

Blog-Ecommerce a toujours été une locomotive pour notre ecommerce, Platine: nous mettions à sa disposition les ressources de Blog-Ecommerce, et cela, de façon logique, gratuitement (Expérience e-commerce, SEO, Adwords et Shopping-Flux).

Et Platine nous le rendait bien, car il était un argument commercial puissant pour vendre nos prestation SEO sur Blog-Ecommerce: “Olivier, votre devis il est joli, mais la seule chose qui nous intéresse c’est que vous nous fassiez la même chose que vous faites à Platine. C’est bien de cela qu’il est question dans votre devis ?“.

Un pragmatisme de commerçant certain.

Mais d’un autre côté, ce site ecommerce était dans le même temps devenu le “laboratoire Google” de Blog-Ecommerce.

Si aujourd’hui vous retrouvez Platine en première page de Google sur “sono“, ou “platine DJ“, c’est grâce à des tests concluants.

Mais à l’inverse, et c’est ici que se trouve le problème, si aujourd’hui on ne trouve plus Platine en première page de Google sur “micro sans fil“, alors qu’il l’était il y a encore 1 an, c’est à cause d’un test que nous nommerions comme…. “non concluant…….”. La requête “flight case” ? Pareil. Un test non concluant… (j’avais parlé de ce test ici).

Et puis, des idées de tests, ça fusaient ici:

Hey, il se passe quoi si tu mets une “balise” Titre hyper courte, genre un seul mot, alors que t’es en première page sur Platine ?

Trop bien ! Bouge pas. Hop, c’est retiré ! Trop bien ton idée. On surveille maintenant…

Je peux tester un truc sur Platine ? J’ai pensé à un truc de taré !

Pas de problème. Par contre, touche pas à la gamme “micro sans fil”. J’ai pété l’url la semaine dernière pour voir ce qu’il se passe !!

Pas de souci. C’est un test sur une fiche produit que je veux faire.

Ok. Mais ne prend pas la platine DJT10, hein… J’en ai encore 20 en stock. Mais sinon, tu peux te faire plaisir !

C’est marrant dit comme ça. Le problème, c’est quand il faut expliquer au fournisseur de flight case pourquoi on ne lui en achète plus…

“Tu te fournis chez quelqu’un d’autre ? C’est ça ? Quels prix il te fait ? C’est pas bien de changer de fournisseurs comme ça, hein…!!”

“C’est pas ça, j’ai fait une modification sur le site pour voir un truc, et j’ai chuté dans Google.”

“Pour voir un truc ??? Mais t’es fadasse !! Tu voulais voir quoi ?”

“Écoute, je t’ai déjà expliqué. J’ai deux boites. On fait des tests sur Platine.”

” Je fais quoi de mes flight cases ? J’ai en plus un conteneur commandé y’a 3 mois qui arrive demain ! T’étais le seul de mes revendeurs en première page de Google. Vous êtes des fadasses dans le web. C’est tout.”

J’ai raccroché, en me disant “Je m’en fous de ses flights case!”

Le lendemain, je recevais une photo par email de la part de mon fournisseur:

Elle représentait l’intérieur d’un conteneur rempli de flight case, avec en titre: “Vous êtes des fadasses dans le web !!! Tu n’es plus référencé chez nous, retire nos produits de Platine ! Ça fait 20 ans que je suis dans le métier. Occupe-toi ton autre boite !

J’avoue m’être senti un peu snob sur le coup. Je suis sûr que le snobisme est un truc inventé pour déprimer ceux qui ne respecteraient plus le travail des autres.

J’ai rappelé de suite le fournisseur en question:

“T’inquiète pas, je vais remonter sur “flight case”. Laisse moi un peu de temps.”

“Je te le souhaite Olivier. Mais depuis ce matin, ce n’est plus mon affaire. Avec vos Facebook, Google et tout, vous êtes des fadasses dans le web. Je suis à 5 ans de la retraite. Vos histoires se feront sans moi… C’est tout.  Je te laisse, j’ai un conteneur de plusieurs tonnes à décharger. Bonne chance dans ta vie professionnelle. Dans ta vie tout court. Et arrête de traiter ton ecommerce Platine comme ça: c’est le truc le plus con que j’ai jamais vu en 20 ans. Vous êtes des fadasses dans le web !”

Snobisme –> grosse claque par un mec de 30 ans votre ainé –> déprime ….

Nous n’avions nulle part autre où faire nos tests. Nous n’allions quand-même pas le faire sur les sites des clients……. Donc voilà. J’avais rien trouvé d’autre, après tout…

Depuis ce jour, plus AUCUN test n’a été fait sur Platine. La récrée était terminée.

La récrée était terminée, le snobisme du SEO rangé au tiroir et une phrase qui résonnait dans ma tête: “Et arrête de traiter Platine comme ça!“.

Parce que si j’avais été celui qui avait lancé ce site ecommerce avec 3 ou 4.000€ en poche pour le placer parmi le top 5 des sites de sono en France en 4 ans, si j’étais celui capable de placer ce site en première page de Google, si j’étais, donc, le maillon fort de Platine, …

aujourd’hui, le constat était clair: après 4 ans, un ou deux burn-out, un ecommerce devenu  le faire-valoir technique et commercial de Blog-Ecommerce … le maillon faible, aujourd’hui, de mon propre ecommerce… c’était moi.

Quand vous vous en rendez compte, ça fait quand-même bizarre. Surtout que ce n’était que le début. C’est toujours pareil me direz-vous: quand on commence à se remettre en question, on ne sait jamais où cela va s’arrêter.

Si la première raison de la vente de Platine était le burn-out, si la deuxième raison était que j’étais devenu le maillon faible, la troisième, vous le verrez, est de loin la plus cruelle…

__________________
Voici la suite:

Pourquoi ai-je vendu mon Ecommerce (Part 3/3)”


Bénéficiez d’un appel de 15 min avec un de nos chefs de projets