Sélectionner une page

Jeudi dernier, c’était la soirée des votes du jury pour les meilleurs sites ecommerce: meilleur film publicitaire, meilleure innovation, etc.. et bien sûr le meilleur espoir ecommerce.

Un dîner en prémisse de la grande soirée, cette fois pour la remise des prix.

C’est la deuxième année que la Fevad m’a fait l’honneur de m’inviter.

“Alors ! C’était comment le dîner FEVAD ?”

Il a commencé doucement, à 19H. J’étais arrivé à l’heure, mais pas le premier (c’est quand-même mal vu dans une soirée).

L’équipe de la Fevad est bien sûr déjà là, prête à accueillir ses hôtes. Accueillante, souriante, presque impatiente que la soirée commence. C’est sûrement parce que c’est un endroit plus sympa que les couloirs du parlement européen à lutter contre des lois stupides.

Il y a Olivier Bernasson, de Pecheur.com. Dés que je le vois je me dirige vers lui: il a un côté rassurant ce Olivier. Chemise à fleurs et sourire généreux, ceux qui le connaissent savent qu’il n’a pas changé d’un iota malgré une belle fortune encaissée suite à la vente de ses parts.

Patrick Robin de 24h00.fr/Boosket arrive ensuite. On papote, on trouve le champagne très bon, “qu’est-ce que tu deviens ?“, “Ca va les affaires ?“, “Tiens, je te présente [untel]“, etc…

On est bien, tous contents d’être là.

Arrive Jacques-Antoine Granjon, Directeur de Vente-Privée.com. Un habitué des lieux, il est même le Président d’honneur de la soirée. Et accessoirement, il a un site qui fait 2 millions d’euros…par jour…

On papote ensemble, on trouve les petits-fours très bons,”qu’est-ce que tu deviens ?“, “Ca va les affaires ?“, “Tiens, je te présente [untel]“, etc…

Jusqu’à ce qu’on soit interrompu par le représentant de BNP Paribas, un des sponsors de l’événement. Bien sûr, je lui parle de 3D Secure. C’est plus fort que moi. Olivier Bernasson, force tranquille, lui explique qu’il a retiré “ce truc“, et que “c’est mieux comme ça“. Moi… je suis moins diplomate, mais tous les banquiers savent que ce 3D Secure est une épine dans leur pied. C’est juste qu’ils ne vous le diront jamais. Chacun son rôle. Alors je n’insiste pas. Et puis ces petits-fours sont tellement bons…

Le défilé des invités continue. Anne-Laure du site Enviedefraises.fr arrive. C’est la gagnante du prix “Espoir Ecommerce” 2010. On parle longuement de son formidable buzz “Alors Carla ? Envie de fraises ou pas ?

Marc Simoncini, le créateur du site Meetic arrive aussi. Chemise impeccable, bronzage impeccable, sourire impeccable. On se dit qu’il fallait bien un séducteur pour inventer Meetic. Le monde tourne bien rond. Je confirme.

Voir tout ces gens réunis dans une même salle, on se croirait dans un article du Journal du Net version 3D.

Flore, journaliste au Journal du Net justement, est là. Elle sera l’une des animatrices de cette soirée. Elle me dit qu’elle a un scoop, mais qu’elle ne peut le dire à personne. On s’imagine tout et son contraire, et j’essaye de lui tirer des informations. En vain. J’adore.

On s’assoit autour de la table. Nous sommes plus d’une trentaine. A ma gauche, le banquier. A ma droite, Olivier Aizac, PDG de Leboncoin. Je lui demande, bien sûr, s’il n’a pas subi une chute à cause de Panda sur Google. Il me répond que non. Et que, de toutes façons, “leboncoin” fait parti des 3 mots clefs les plus tapés sur Google France, comme le mot clef “facebook“. Ça force le respect… Ça couperait même l’appétit de n’importe quelle agence de SEO. Mais l’entrée qui arrive semble délicieuse… “C’est quelle fourchette pour l’entrée ?

Nous sommes à table, une longue table blanche en longueur, et le rétro-projecteur diffuse les premiers lauréats des premiers prix. On a une télécommande pour enregistrer nos votes. On s’en amuse. L’ambiance est bon enfant mais studieuse.

Jacques-Antoine Granjon, en tant que Président du Ecommerce de la soirée, mène la danse et donne le rythme.

Un charisme, un physique, une fortune, une célébrité. Ce sont les 4 en même temps, Jacques-Antoine… Le commun des mortels se suffira d’un seul pour se considérer comme chanceux, et Darwin n’en demandait pas autant pour perpétuer l’espèce humaine… mais Jacques-Antoine a les 4.

C’est comme ça…

A gauche de lui, Marc Simoncini. On se dit qu’il ne manque plus que Jean-Emile Rosenblum, créateur de Pixmania et invité de la soirée, pour compléter le tableau. Il arrivera en retard.

Les lauréats et les prix s’enchaînent sur le grand écran, et nous, entre deux bouchées, on prend notre petite télécommande en main, et on vote.

Jacques-Antoine est présent et bien présent. “Débattons !”. Il aime bien débattre, Jacques-Antoine, avant que tout le monde se mette à voter. On aime bien débattre, nous, en France, de manière générale.

Alors on échange nos points de vues, nos expériences, nos arguments… nos histoires de vie.

Les échanges seront des plus vifs lors de l’élection du site à la communication Web 2.0:

Facebook ? Quelqu’un fait des ventes avec Facebook ?

Ça veut dire quoi avoir des fans ? On en fait quoi après ?

Une boutique Facebook, ça n’a rien d’innovant. On fait ça en 2 minutes pour nos clients !” (ça c’est moi… j’essayais de placer le mot “shopping-flux” dans la soirée… en vain…).

Nous, c’est pas le Web 2.0, mais le Web 0.2 ! ” me glisse avec un large sourire mon voisin de droite, Olivier de Leboncoin.com. Alors on se marre…

Oui, parce qu’on se marre quand-même pas mal lors de ces soirées.

La soirée continue, et arrive Jean-Emile Rosenblum. Il se dirige direct vers Marc Simoncini et Jacques-Antoine et discute. Ils ont l’air de bien se connaître.

Les 3 réunis … La photo est trop belle. Le photographe et le caméraman officiels de la soirée ne louperont aucune seconde de cet instant, les flash crépitent. Un espace-temps se crée. Il n’ y a plus rien sur le grand écran, les votes se font attendre, les débats sont muets, les discussions entre voisins cessent… Il n’ y aura que le ballet de serveurs autour de la table pour nous arracher un mot “oui merci, juste un peu, du rouge, du blanc, merci, non merci, de l’eau pétillante, oui s’il-vous-plait….“. Mais il n’y a rien à faire… Notre attention suit la lumière des flashs sur cette peinture vivante… cette longue table blanche, ce vin, ces victuailles, cette lumière créée par les flash et, surtout, ces cheveux longs au centre de la table …

A une époque, on en faisait une scène biblique…

Enfin la scène se termine, les photos cessent et la soirée reprend son cours… …

Sur l’écran sont projetés les films publicitaires lauréats pour le prix de la “Meilleure pub TV”. Certaines sont très drôles et osées.

Arrivent les lauréats des “Espoirs Ecommerce 2011″. Jacques-Antoine l’attendait ce moment et est bien décidé à nous faire débattre de plus belle. Il nous racontera une anecdote en OFF que je ne peux donc reproduire ici, et que j’ai de toute façon oubliée. Mais Jacques-Antoine s’adressera à moi et me lancera “Tu racontes pas ça sur ton blog, Olivier !!“…. Donc il lit Blog-Ecommerce.com ?? … Ma dot ecommerce vient de prendre 10 points autour de la table …

Moi, je lui répondrai comme je répond à chaque fois: “Avec tout ce que je ne dois pas dire sur le blog, je pourrais en monter 10 autres !!“. C’est la blague que je sors à chaque fois dans ce cas là. Faut toujours avoir de la répartie dans les diners, comme un stock de blagues.

Lors du vote des 3 meilleurs “Espoirs Ecommerce 2011”, les débats sont nourris. Sûrement parce que c’est la fin du repas, aussi.

Les remarques de chacun sont pertinentes et variées. On voit bien là l’effort d’équilibre de la part de la FEVAD: des banquiers, des investisseurs, des dirigeants de grands ou moins grands sites ecommerce, des journalistes, des bloggers, des institutionnels… La vision, le vécu, les expériences sont diverses, variées, alors que nous sommes tous là autour du même sujet: le ecommerce.

La soirée touche à sa fin. Le mot de la fin sera pour Jacques-Antoine Granjon. Je ne sais plus ce qu’il a dit. Il tellement parlé pendant cette soirée… Un truc pragmatique sûrement. Genre “le ecommerce c’est avant tout du commerce !”; On aime bien quand il dit ça Jacques-Antoine. On se sent proche. Puis après on se dit qu’on aimerait bien quand-même faire en 1 an son chiffre d’affaire journalier. On se sent moins proche.. d’un coup.

Chacun se sépare, heureux de sa soirée. Des soirées uniques en fait.

La soirée, je l’ai terminée  à discuter dehors, autour d’un verre, avec Olivier Bernasson. On aurait pu parler toute la nuit… On aurait pu parler jusqu’au matin même, et déjeuner ensemble ensuite. Les meilleures choses ont une fin, etc, etc, etc… …. etc…

Merci la FEVAD.

(résultats des votes le 24 Novembre)

Recevez ces articles directement par email

Fill out my online form.